Accueil
Les consommateurs et l'étiquetage
Les productions animales en bretagne
Consommer sans OGM en Bretagne Quelles marques bretonnes sont sans OGM ?
Consommer des produits locaux sans OGM près de chez vous Des produits sans OGM dans votre épiceriz et/ou supermarché
Contact & Information
témoignagesactualités
dernières actualités

L Agneau, produit du Parc naturel régional d Armorique
Le Parc d Armorique a mit en place la marque sans OGM Agneau produit du Parc naturel régional d Armorique

AOP Agneau des Prés-salés du Mont Saint-Michel
Découvrez la derniére référence du guide consommer sans OGM en Bretagne

Belroz, une charcuterie sans OGM
BELROZ est née de la volonté d’un groupe d’éleveurs indépendants de proposer aux consommateurs un choix original de charcuteries et de viandes fraîches issus de leurs élevages et porteurs des valeurs sociétales qui les animent.

Depuis la conception de ce premier guide, voici 6 ans, le paysage des productions animales sans alimentation génétiquement modifiée a profondément évolué. La Suisse qui avait été le premier pays à élaborer une mention «  sans OGM  » dès 1994 a été suivie par l’Autriche en 1996 puis l’Allemagne en 2008. En 2012 c’est la France qui a emboîté le pas, le Luxembourg s’y est mis à son tour en 2013.

Ces mentions officielles ne doivent pas cacher la multiplicité des mentions privées qui sont exigées par les distributeurs européens pour leurs marques privées. De l’Italie à la Grande-Bretagne, de la Pologne à l’Irlande, Carrefour, CoopItalia, Lidl, Waitrose, Budgen et bien d’autres encore cherchent des fournisseurs capables de leur garantir la fourniture de produits d’origine animale dont les porcs, volailles, bovins, ovins ou même saumons ont été nourris sans OGM.

De son côté, notamment grâce à l’action de la Bretagne qui a fédéré la demande européenne dès 2007, les principaux fournisseurs de soja non-OGM se sont organisés en interprofession au Brésil ou ont expédié leurs premiers navires céréaliers de l’Inde, pays offrant un soja totalement indemne d’OGM. L’appel d’air du marché européen est tel que de nouvelles filières se sont structurées et ont permis de maintenir un flux continu de matières premières dont l’exemption de pollutions génétiques est garantie par une quinzaine de tests depuis la semence en Inde, en ou au Brésil jusqu’au silo d’aliment dans les fermes bretonnes.

Toutefois, au-delà de ces constats l’anticipation du Conseil Régional de Bretagne sur une nouvelle segmentation des marchés s’est révélée exacte. Alors que les esprits chagrins ne voyaient les OGM que comme une niche réduite, il suffit aujourd’hui d’arpenter les rayonnages des linéaires de porc, œufs, poulet, saumon dans les grandes surfaces comme chez les détaillants pour constater que ce n’est plus une niche mais bien un segment de marché.

Authenticité des produits, transparence dans leurs méthodes de production, suivi-qualité irréprochable mais aussi capacité à percevoir et à accompagner les évolutions du marché des consommateurs  par un marketing stratégique; telles sont les recettes gagnantes des filières qui ont fait ou feront toujours plus nombreuses le choix du non-OGM. Pour le plus grand bénéfice de nos territoires.
Abaoe ma oa bet savet al levr-mañ, 6 vloaz zo, ez eo cheñchet da vat an doareoù da sevel loened hep boued gant genoù kemmet. Da-heul Suis, a oa bet ar vro gentañ oc’h ober gant ar meneg «  hep OGK  » kerkent ha 1994, e oa bet Aostria e 1996, ha neuze Alamagn e 2008. E 2012 e oa bet kemeret skouer diwarno gant Frañs, ha Luksembourg war he lerc’h e 2013.

Arabat eo d’ar menegoù ofisiel-se kuzhat al lies a venegoù prevez a vez goulennet gant ar werzherien vras en Europa evit o merkoù prevez. Eus Italia da Vreizh-veur, eus Polonia da Iwerzhon, Carrefour, CoopItalia, Lidl, Waitrose, Budgen ha kalz a re all c’hoazh a glask pourchaserien gouest da warantiñ e werzhont dezho kig moc’h, kig yer, kig bevin, kig deñved, pe eoged zoken, diwar loened hag a zo bet maget hep OGK.

Dre berzh obererezh Breizh, hag he deus kevredet ar goulennoù en Europa adalek 2007, ez eus bet savet un aozadur etremicherel gant ar bourchaserien bennañ a soja hep OGK e Brazil, ha kaset o deus o listri-ed kentañ eus India, anezhi ur vro ma n’eus tamm roud ebet a OGK er soja. Ken kreñv eo bet ar goulenn en Europa ken ez eus bet frammet filierennoù nevez, ha gouest eo ar re-se da zegas dizehan danvez krai a c’haller bezañ sur n’eo ket bet saotret ent genetek abalamour ma vez graet ur pemzek amprouad bennak abaoe ar greun en India, pe e Brazil, betek ar siloadoù boued e menajoù Breizh.

Koulskoude, en tu-hont d’an traoù-se, ez eo deuet da wir ar pezh a oa bet diouganet gant Kuzul-rannvro Breizh diwar-benn ur skizhadur nevez eus ar marc’hadoù. Daoust ma ne veze gwelet an OGK nemet evel ul lodenn vihan-vihan eus ar marc’had gant ar pennoù tagnous, trawalc’h zo gant mont ha dont e korn ar c’hig moc’h, ar vioù, ar c’hig yer, an eoged, er stalioù bras evel er re vihan, evit gwelet n’eo ket ul lodenn vihan ken, met ul lodenn bras a-walc’h eus ar marc’had evit gwir.

Dilested ar produioù, doareoù produiñ sklaer evit an holl, un evezh direbech ouzh ar c’halite, met ivez ar varregezh da gompren e-barzh emdroadurioù ar marc’had ha da vont asambles ganto dre ur marketing strategel, setu aze an doare da c’hounit evit ar filierennoù niverusoc’h-niverus o deus dibabet pe a zibabo ober produioù hep OGK. Evit brasañ mad hor broioù.
Pierrick Massiot
Conception/réalisation : Eole-P2